Stacha – Un collier connecté pour sensibiliser au problème du bégaiement

Aujourd’hui, je voulais vous parler de Stacha, un collier connecté qui permet de sensibiliser au problème du bégaiement. Le bégaiement affecte jusqu’à 1 adulte sur 100, soit 70 millions de personnes dans le monde.

Stacha est un nouveau dispositif conceptuel qui permet aux porteurs de ressentir une sensation de bégaiement en envoyant un courant d’électricité faible, heureusement indolore, à travers le larynx, qui resserre alors les muscles de la gorge, rendant difficile la prononciation correcte des mots.

Stacha

Originaire du Japon, Yuka Fukuoka dirige l’équipe universitaire qui a inventé cet étrange wearable. Elle est actuellement inscrite au programme Design for Social Innovation de la School of Visual Arts de New York. Elle a choisi ce sujet d’étude car elle souffre elle-même de bégaiement.

Le bégaiement est un désordre défini par un discours brisé, soit par la répétition de syllabes, soit par la prolongation de mots, soit par des pauses prolongées. Parfois, les mouvements du visage et du corps peuvent accompagner les efforts de parler. Les chiffres de la British Stammering Association suggèrent que 5% ou plus des enfants de moins de cinq ans traversent une phase de bégaiement à un moment donné de leur développement de la parole et du langage. Sans thérapie, un quart de ces enfants continueront à bégayer.

La British Stammering Association énumère de nombreuses applications et appareils électroniques qui aident les personnes qui bégaient à utiliser des «commentaires auditifs altérés». Cela ralentit la vitesse à laquelle le porteur entend sa propre voix. Il a été prouvé que ralentir le rythme de la parole aide les bègues à parler avec aisance plutôt que de se juger immédiatement sur la façon dont ils parlent.

 

Mais Yuka Fukuoka voulait créer un dispositif qui « change le paradigme du bégaiement et des troubles de la parole dans son ensemble ». La conscience du bégaiement est non seulement restée faible, mais « presque tous les produits existants essaient de traiter des personnes qui bégaient » plutôt que d’éduquer ceux qui ne le font pas.

Pendant plusieurs mois, elle a développé l’idée d’un appareil de simulation avec l’aide du groupe d’entraide Tokyo Genyukai, des gens des cercles de bégaiement de l’Université de Tokyo et des chercheurs jusqu’à ce que l’appareil soit présenté au SXSW plus tôt cette année.

Yuka Fukuoka a admis que le design de Stacha offrait une « expérience légère ». Il a été délibérément conçu pour être accessible ; quelque chose qui peut être porté tout de suite pour une expérience partagée. Elle ne voulait pas créer quelque chose qui se concentrait sur «comprendre un handicap». Elle voulait un design qui suscitait l’intérêt des gens, peu importe leur âge, et qui offrait une occasion d’apprentissage unique.

Selon Yuka Fukuoka c’est là que les wearables sont uniques ; mettez-en un et cela devient une partie de vous. Pour sensibiliser à la santé mentale «invisible» et les conditions physiques, les wearables peuvent être inestimables.

A propos de l'auteur

Mathieu Carlier

Blogueur passionné (ou acharné) j’ai d’abord créé Deco Tendency puis Le Blog des Tendances, Drone Trend et enfin Le Blog Domotique.

Laisser un commentaire